Connect with us

Hey ! une recherche ?

Mon appartement

Comment condamner une porte sans l’enlever ?

Dans un logement, plusieurs portes offrent parfois l’accès à une même pièce. De même, les rénovations liées à l’appartement peuvent entraîner la modification de l’architecture initiale. Condamner la porte problématique apparaît ainsi comme la solution idéale. La technique utilisée dépend toutefois de la nature de la porte à murer. Découvrez comment procéder à la condamnation tout en conservant la porte.

Le cadre légal de la condamnation d’une porte

La condamnation d’une porte interne n’est soumise à aucune autorisation préalable. Il est toutefois recommandé de procéder avec finesse. Les portes internes se situent parfois sur un mur porteur de la maison. Ce type de cloison fait partie de l’ossature de la résidence. Une erreur de manœuvre occasionnerait des dégâts non négligeables.

Les portes externes, quant à elles, bénéficient d’une attention particulière. Toute condamnation entraîne un changement de l’allure de l’immeuble. Cette opération est donc subordonnée à une autorisation préalable de l’hôtel de ville. Après la requête du bricoleur, l’autorité communale délivre un permis de construire modificatif pour permettre les travaux de condamnation.

Afin de murer une porte sans l’enlever, il est conseillé de recourir à un spécialiste. Une astuce consiste à comparer plusieurs devis de travaux, en vue de sélectionner l’artisan le plus adapté.

Condamner une porte interne à l’aide du placoplâtre

Dans le cas d’une porte interne, la méthode la plus adaptée est celle du placoplâtre. Pour y arriver, il est important de respecter les étapes suivantes.

  • Retirer les poignées de la porte à condamner.
  • Mettre en place une armature métallique destinée à accueillir une planche de plâtre. Les tiges métalliques doivent recouvrir la périphérie de l’ouverture.
  • À défaut des tiges métalliques, il est possible de recourir à des supports en bois.
  • Délimiter l’étendue de l’ouverture sur le panneau de plâtre.
  • Fixer le panneau de plâtre du côté intérieur à la porte à l’aide de vis spécifiques au placoplâtre. L’ouvrant servira de seconde fermeture pour la condamnation.
  • Procéder finalement à l’application d’un enduit.

Il convient de commencer par un produit de dégrossissage pour affiner les deux surfaces murales en présence. Par la suite, il faudra employer un vernis de finition. Cette technique permet de lisser la cloison et de masquer les imperfections inévitables.

Du reste, il faudra opter pour un revêtement adapté à la surface condamnée. Les techniques de ponçage permettront de parfaire le tableau. L’ouvrant de la porte sera scellé avec un cadenas ou des fibres métalliques.

Condamner une porte externe à l’aide du parpaing

La condamnation d’une porte externe sans un retrait préalable passe par des composants maçonnés tels que le parpaing. Le processus débute par le dépôt d’un épais revêtement de mortier sur le seuil de la porte. Le parpaing initial se pose à 1 cm de la paroi. Il est suivi d’autres carreaux de la rangée.

L’alignement suivant nécessite un décalage pour dissocier les jointures des parpaings. La pose des autres parpaings nécessite un niveau à bulle comme repère. L’objectif est d’obtenir un mur à la place de l’ouverture de la porte. Le mortier servira à colmater les vides observés entre les carreaux.

Il est important de choisir des parpaings adaptés au cadre de la porte. Il faut également retirer les poignets de cette dernière. La période d’attente va au-delà de 20 jours. Du reste, le vernis de rebouchage permettra d’améliorer le résultat obtenu. Utilisez du papier peint pour camoufler la porte toujours présente.

Copyright © www.locationappartement.info